«

»

Avr 04

[J’ai testé pour vous] Faut-il chauffer ses semis de tomates?

Lorsque l’on commence à jardiner, on s’oriente naturellement vers les plants de tomates vendus en jardinerie. C’est bien normal, c’est très pratique car il n’y a pas à semer soi même, il suffit de planter ce que l’on vient d’acheter et attendre ! Enfin, en théorie car en pratique c’est souvent différent. Les plants vendus en jardinerie présentent de nombreux défauts ! Allez, je commence. Ils sont vendus dès la fin mars, prêts à être mis en terre soit-disant. Donc les acheteurs le croient, les plantent et voici qu’une nuit fraîche survient et les plants meurent. Les tomates ne se plantent en pleine terre qu’à la mi-mai globalement, voire fin avril sous protection. Pourquoi en vendre si tôt? Pour pouvoir en vendre deux fois ! La première fois, fin mars et la seconde lorsque les jardiniers se rendent compte que leurs plants sont morts (probablement de leur faute se disent-ils…). Belle opération pour les vendeurs !

Autre défaut de ces plants, ils sont souvent fragiles car boostés aux engrais qui les rendent dépendants. Dès que l’on arrête cet apport, ils ne s’en sortent plus et leur croissance est ralentie voire stoppée. Allez, un petit dernier pour la route (mais il y a d’autres défauts encore), les plants de jardineries sont très chers. Ne me faites pas croire qu’un pied de tomate vaut réellement 5, 6 voire 10€ !

Alors, pour en finir avec ces plants, on est tenté de semer soi-même ses tomates. Et on aurait tort de se priver tellement c’est simple ! Il faut simplement anticiper un peu et semer à la mi-mars. Si le semis est facile à réussir, on n’arrive pas à savoir s’il faut ou non chauffer ses semis car toutes les sources se contredisent sur ce point. Donc, le mieux ça reste d’essayer !

 

Présentation des produits testés

Cette année, j’avais pas mal de semis de tomates à réaliser car je souhaite vérifier la conformité de mes variétés. Au programme de cette année : 104 variétés de tomates à vérifier donc. L’occasion faisant le larron, je me suis dit que j’allais mettre à profit cette grande culture de tomate pour tester différentes façon de semer. Le test principal porte sur la mise en place ou non d’un chauffage le temps de la levée des graines mais j’en ai profité pour faire un second test comparant ma méthode classique (mini mottes de terreau) à une nouvelle façon de semer que j’ai vu sur un forum (dans des éponges d’enracinement). Le “package-test” comprend donc différents matériels provenant de la marque ROOT!T®, une marque HydroGarden (www.hydrogarden-hydroponie.com), et du site spécialisé www.hydrodiscount.com :

Matériel RootIt (2)

 

Mon utilisation

Les 104 variétés ont donc été réparties soit dans la serre chauffante (avec une température demandée de 24°C) soit dans le propagateur à température ambiante. Le test du substrat concerne quant à lui les variétés de Brandywine qui ont été semées et dans les éponges et en mini mottes.

Semis tomates

J’ai semé à chaque fois deux graines et noté la date de germination et le nombre de graines germées.

 

Résultat de la comparaison chauffé VS non chauffé

Le résultat final de la comparaison pourrait être que, dans un cas comme dans l’autre, on en est au même point. Toutes les variétés ont germé et il y simplement un peu plus de cas où seule une graine sur deux a germé dans le propagateur.

Serre chauffante

Propagateur non chauffant

Variétés germées 100% 100%
Graines germées 97% 93%

 

Toutefois, le résultat présenté ici correspond à l’état des semis après 2 semaines. Pour un suivi au fil du temps, jetez un œil au tableau suivant.

 

Serre chauffante Propagateur non chauffant
18/03 (semis + 3 jours) 27% 0%
19/03 (S+4) 73% 0%
20/03 (S+5) 88% 4%
21/03 (S+6) 100%
22/03 (S+7) 35%
24/03 (S+9) 81%
26/03 (S+11) 96%
27/03 (S+12) 100%
La germination est donc un peu plus précoce en environnement chauffé mais surtout, elle est plus homogène ! Et ça c’est intéressant pour grouper les différentes opérations (couper le chauffage, allumer la lumière, rempoter, etc …). Maintenant au bout du compte on en arrive au même résultat et le bénéfice du chauffage n’est pas indispensable.
Toutefois, la tomate commence à germer à 15°C, donc on pouvait s’attendre à ce type de résultats. En revanche, je ne doute pas que pour d’autres variétés (aubergines, physalis, poivrons, piments) le chauffage est indispensable sinon elles ne germeront pas et les graines pourriront en terre avant d’avoir germer. Pour ces légumes, l’utilisation d’une serre chauffante semble donc être une bonne parade. Sachez quand même qu’il existe des système de chauffage à ajouter au propagateur par exemple comme les tapis chauffants. Vous pourrez par exemple commencer par acheter un propagateur (moins cher qu’une serre chauffante) et investir ensuite dans un tapis en cas de besoin !
Chambre de culture (1)

Résultat de la comparaison éponges d’enracinement VS mini-mottes

Ici, les résultats sont quasi identiques que ce soit en ce qui concerne le résultat global qu’au fur et à mesure, avec simplement un léger retard pour les mini mottes (toutes les conditions étaient identiques, hormis le substrat de semis).
Nécessaire semis tomates
Eponge d’enracinement Mini-mottes
Variétés germées 100% 100%
Graines germées 94% 88%
19/03 (S+4) 25% 0%
20/03 (S+5) 62% 0%
21/03 (S+6) 87% 12%
22/03 (S+7) 100% 62%
23/03 (S+8) 75%
24/03 (S+9) 100%
Si en terme de résultat, les deux méthodes peinent à se départager, à l’usage c’est radicalement différent ! Je ne connaissais pas les éponges d’enracinement avant ce test et bien je vais avoir du mal à m’en passer maintenant.
  • Le semis est ultra rapide (il suffit de mettre les éponges à s’imbiber quelques minutes puis de les étreindre grossièrement, de placer les graines dans le trou préformé puis de refermer avec un petit bout d’éponge arraché sur le côté. Il m’a fallu environ 15 minutes pour semer 96 éponges.
  • C’est très propre, on ne met pas de terreau partout, on n’a pas besoin de s’essuyer les mains pour prendre les paquets de graines, on ne se salit même pas les mains…
  • On peut suivre la germination des graines. Bon ce n’est sans doute pas conseillé mais je n’ai pas pu m’empêcher de soulever de temps en temps le petit bouchon qui refermait le trou de semis pour voir où ça en était. Curiosité quand tu nous tiens…
  • La croissance parait meilleure. Rien de quantitatif derrière cette remarque, il s’agit de mon appréciation personnelle. Les tiges des semis en éponges me paraissent plus robustes que celles des semis en mini mottes et les racines plus développées. A vérifier.

 

Ma conclusion

Serre chauffante VS propagateur non chauffant

  • Pour ce qui est des tomates, l’investissement dans une serre chauffante n’est pas nécessaire
  • Il le devient en revanche pour des légumes plus frileux (aubergines, poivrons, physalis) ou pour obtenir des levées très homogènes

Eponges VS mini-mottes

  • Pour la levée des graines, pas de différences vraiment marquées sinon un petit retard des mini-mottes
  • Pour le confort d’utilisation, avantage indéniable aux éponges
  • Pour la beauté des plants, les éponges semblent meilleures mais ce n’est que mon impression

 

Pour conclure sur les produits en eux-mêmes.

J’ai apprécié chez la mini serre chauffante :

  • Son thermostat très simple à utiliser (juste une molette à tourner pour indiquer la température souhaitée)
  • Les longueurs de fil (permettant de poser la mini serre sur une étagère même éloignée d’une prise)
  • La grande hauteur du couvercle (permettant de maintenir les semis en quelques temps après la germination sans que ceux ci ne viennent toucher le plafond)
  • Les accessoires supplémentaires (notamment les terrines perforées parfaitement adaptées aux dimensions de la serre)

J’ai moins aimé :

  • La ventilation trop faible
  • L’absence de programmation de différentes plages horaires pour chauffer différemment
  • L’absence de poignée sur le couvercle, il faut les deux mains pour le manipuler !

 

J’ai apprécié chez le propagateur

  • Sa grande taille
  • La robustesse du couvercle malgré l’apparente fragilité
  • La hauteur du couvercle également
  • Son petit prix

J’ai moins aimé

  • Le fond, trop souple à mon goût et que l’on ne peut pas prendre à une main dès qu’il est un peu chargé
  • L’opacité un peu trop importante du couvercle qui gêne un peu le passage de la lumière, il faut ouvrir dès que ça germe

 

J’ai apprécié chez les éponges

  • Tout =)

Je remercie beaucoup ces fournisseurs pour le don des produits m’ayant permis de tester une nouvelle méthode de semis et j’espère que ce test vous a plu. De votre côté, comment semez vous vos tomates? Chauffage, pas de chauffage? Eclairage, pas d’éclairage?

11 commentaires

Passer au formulaire de commentaire

  1. Jean-Louis

    Bonjour Romain,
    Ma méthode: jusqu’à l’an dernier c’était à la T° de la maison et à la lumière naturelle derrière une fenêtre bien orientée (du classique sans serre) . Et 2013 : la catastrophe : des plants qui filent, qui se cassent dû probablement à un gros déficit de lumière (hiver et printemps très gris). J’ai cherché une solution la plus simple, la plus écologique possible avec un investissement le plus faible possible. J’ai trouvé ceci sur un site (je ne sais plus lequel, désolé) :
    Vous découpez dans un carton le fond, vous le recouvrez d’une feuille d’aluminium (scotchée ou agrafée). Vous redressez votre fond de façon à en faire un écran. Enfin vous le mettez derrière vos plants afin qu’il renvoie la lumière sur eux. Avec une photo ce serait plus clair. Si besoin je peux t’en faire passer.
    Résultat : ça fonctionne bien cependant il faut préciser que le temps est nettement plus lumineux cette année.
    A +

    1. Romain
      Romain

      Salut Jean Louis,

      Merci de partager cette astuce et je pense que ton explication est claire :). Au lieu de l’alu j’ai vu que certains préconisent une couverture de survie, ça ne coûte pas grand chose et a priori cela renvoie mieux la lumière. A vérifier.

      ++,
      Romain.

  2. Madorre

    Salut Romain !
    Super intéressant cet article :) J’aimerai bien essayer les éponges d’enracinement, peut-être l’année prochaine ;)
    Bises,
    Julia.
    Madorre Articles récents…Tour d’horizon des récoltes de MadorreMy Profile

    1. Romain
      Romain

      Salut Julia,

      Une belle découverte pour moi ces éponges sincèrement, c’est un peu plus cher mais ça m’a tellement facilité la tâche !

      A bientôt,
      Romain.

  3. Gilles

    Bonjour Romain,

    Tout ceci est très intéressant…
    Même si je reste toujours septique sur l’intérêt de vouloir aller plus vite que la Nature…je suis en effet persuadé qu’une graine qui a suivi un rythme naturel donnera finalement de meilleurs résultats qu’une graine dont on aura artificiellement hâter la levée. Je crains alors un décalage entre le développement de la plante et le temps mais également une moindre résistance face aux maladies…
    Mais ceci n’est qu’une impression personnelle…il serait donc intéressant de suivre l’évolution de ces différents plants tout au long de la saison ; ce que, j’en suis persuadé, tu envisages déjà ?

    Bon jardinage,
    Gilles

    1. Romain
      Romain

      Salut Gilles,

      Je suis d’accord avec toi, c’est pour ça que ma conclusion est que, pour les tomates, le chauffage n’est pas nécessaire. En revanche, sous mon climat toujours, si je ne provoque pas artificiellement la levée d’autres légumes (je pense notamment aux poivrons) et bien je ne parviens pas à obtenir une mise à fruits suffisamment tôt pour qu’ils mûrissent. Dans ce cas là, je préconise en effet de chauffer artificiellement.

      Et en effet, chacun de ces plants sera suivi sur la saison ! Tu m’as bien cerné ;). Même si j’espère que tous mes petits protégés s’en sortiront bien cette année !

      A bientôt,
      Romain.

  4. Lillycat

    Hello,
    Je trouve les test de Romain vraiment passionnants mais j’aime aussi beaucoup le sage commentaire de Gilles.
    C’est vrai, on veut toujours aller trop vite, la passion sûrement.
    Merci Gilles de (me) nous rappeler un peu à lenteur de ce temps qui passe déjà tellement vite.
    Bonne journée
    Lillycat

    1. Romain
      Romain

      Bonjour,

      Merci pour le commentaire :). Comme tu dis, il est parfois bon de se rappeler qu’il y a un temps pour chaque chose !

      A bientôt,
      Romain.

  5. Philippe

    Bonjour,
    J’aurais voulu cette année essayer de faire un semis d’artichauts violets,mais les graines étant très très chers,je recherche un grainetier afin de m’approvisionner à un prix raisonnable .
    D’avance merci .
    Cordialement .

    1. Romain
      Romain

      Bonjour je vous conseille La Bonne Graine, les graines sont de très bonne qualité (1,80€ les 1g) ! http://www.labonnegraine.com/19-artichauts

      Si vous êtes intéressé par ce site, vous pouvez renseigner mon adresse mail (tousaujardin35[@]gmail.com) en tant que parrain afin de bénéficier de 10% sur votre prochaine commande.

      A bientôt,
      Romain.

  6. Potimarrante

    Bonjour,

    Perso j’ai semé dans ma petite verranda, elle est très chaude quand le soleil donne, mais a beaucoup de courants d’air également car vétuste et ça a fait des merveilles, j’ai semé tard (fin mai) et elles ont poussé en peu de temps mais de façon régulière et sainement sans engrais… Là ça fait deux semaines que je les ai mises dans la serre du jardin où elles commencent à donner des fruits. Je compte recommencer l’an prochain de la même façon mais un peu plus tôt dans l’année mais en faisant attention car ici nous avons eu des gelées tardives en avril :(
    Pour les graines ce sont simplement des graines que j’ai prises dans les tomates que j’ai mangées :D
    Bizzz vertes à tout le monde

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*

CommentLuv badge