«

»

Oct 14

Commencer un potager : Observer son terrain (2/2)

Terre limoneuseComme vous avez tous lu mon premier article sur ce thème, vous … Comment ça vous ne l’avez pas lu ? Corrigez moi ça tout de suite, il suffit de cliquer ici : Commencer un potager : Observer son terrain (1/2).

Donc je disais, vous savez maintenant qu’à mon sens la qualité de votre terre n’est pas la première chose à prendre en compte dans l’emplacement de votre potager mais il vous faudra tout de même connaitre un certain nombre de choses dessus pour réussir. Rassurez-vous, ici je ne vous vends pas de tests à faire en laboratoire pour la modique somme de 50€, qui sont très bien mais pas forcément indispensables pour un potager plaisir. Ici, on travaille à bas coût !

 

La texture du sol

Je ne rentrerai pas trop dans les détails mais je ferai juste un court résumé puisque c’est un sujet que j’ai déjà traité plus largement. Pour en savoir plus, suivez le lien suivant pour apprendre à connaitre votre sol avec un test simple.

Pour résumer donc, il faut savoir que la texture de votre sol dépend des éléments qui le composent et impacte sur les conditions de culture :

  • Argileux : forte rétention d’eau et d’éléments minéraux, mais sols lourds, froids et asphyxiants
  • Sableux : tout l’inverse
  • Limoneux : l’intermédiaire

Je vous avais dit que je résumais !

Contrairement à ce que l’on pense, il n’y a pas de bons ou mauvais sols pour la culture, mais il y a de bonnes et mauvaises pratiques culturales selon vos terres. Connaitre sa texture de sol est donc une étape indispensable.

 

Le pH du sol

A nouveau ici, je vais simplement résumer ce que j’aborderai plus en détail dans le prochain article. Le pH est aussi une caractéristique de son sol importante à connaitre, car toutes les plantes n’affectionnent pas les mêmes conditions de pH. Vous pourrez ainsi avoir un sol :

  • Acide : d’un pH inférieur à 7
  • Neutre : d’un pH de 7
  • Alcalin (on parle souvent aussi de sols calcaires) : d’un pH supérieur à 7

La plupart des légumes prospèrent dans des sols neutres à légèrement acides. Mais à nouveau, si votre sol s’éloigne de ses conditions idéales, rien n’est perdu. Le compostage et la création d’humus au fil du temps permettront de rééquilibrer le pH de votre sol.

 

La profondeur et profil du sol

Sans aller jusqu’à une étude pédologique complète, un aperçu de votre profil de sol vous donnera un tas d’informations utiles pour orienter vos méthodes culturales.

Le sol ne forme pas une seule entité homogène mais il est constitué d’un empilement de couches horizontales (appelées horizons). Au potager, nous nous intéressons essentiellement aux horizons organiques de surface caractérisés par les lettres O (horizon comprenant la litière et l’humus) et A (couche de sol où s’effectue le brassage de la matière organique issue de la surface avec la matière minérale des profondeurs). C’est cet horizon A qui contient la majorité des racines des plantes et que l’on nomme parfois terre arable. Plus cet horizon sera profond, plus vos légumes pourront développer de racines et mieux ils se porteront. Si votre horizon A fait moins de 40 cm de profondeur, il sera bénéfique de cultiver sur butte, voire d’importer de la terre végétale, pour augmenter la profondeur de sol disponible.

Il ne vous reste maintenant plus qu’à se retrousser les manches et aller observer tout cela !

 
 

1 commentaire

  1. fab77
    fab77

    Bon article. Ici le terrain du potager est argileux  » terre à betteraves », j’arrive a l’améliorer depuis peu grâce des apports tous les automnes de fumier puis une couverture de feuilles mortes et de brf.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*

CommentLuv badge