«

»

Déc 15

[Conseil de Terre Vivante] Equilibrer les matériaux apportés au compost

RCL-FacadeAmovible-©AssociationEnRgéthicVous êtes nombreux à les plébisciter et j’ai la joie de vous annoncer que les conseils de Terre Vivante continuent !  Ce mois-ci, pas évident de trouver un sujet d’actualité c’est pourquoi j’ai choisi de vous parler du compost car c’est bien une pratique annuelle ! Si vous vous renseignez sur le compostage, vous êtes forcément tombé une fois sur le sujet de l’équilibre des apports. En effet, il est primordial de le respecter pour réussir un compost. C’est pourquoi ce mois-ci Terre Vivante nous offre un excellent conseil pour s’y retrouver !

 

Les matières à composter

Avant de commencer, une mise au point est nécessaire. Toutes les matières ne se comportent pas, une fois entassées dans un coin, de la même façon. Prenons deux exemples connus : la tonte de pelouse et les feuilles mortes. En observant la décomposition de l’une et l’autre de ces matières, vous pourrez faire plusieurs constats.

D’abord, l’herbe est plutôt une matière molle, humide, qui putréfie rapidement en dégageant des odeurs acides. Mettez la main dans un tas de tonte de pelouse, il est chaud ! Ensuite, les feuilles mortes : elles sont cassantes et sèches. Un tas de feuilles reste plusieurs mois sans subir de changements visibles, excepté si le vent s’en mêle.

Un tas de pelouse coupée s’affaisse rapidement et forme une masse compacte où l’air ne circule plus, alors que les feuilles forment un tas aéré. On parle alors du pouvoir structurant des matières et donc de leur capacité à favoriser la circulation de l’air.

 

Le pouvoir structurant

Invariablement soumises à la gravitation, toutes les matières ont tendance à s’affaisser. Ajoutez à ce phénomène l’action mécanique de l’eau et la décomposition de la matière, vous obtenez ce qu’on appelle simplement un « tassement ». Si le mélange n’est pas structuré, les matières deviennent compactes, l’air ne circule plus, les mauvaises odeurs se développent.

Ajouter des éléments structurants – rigides et lents à se décomposer – apporte une résistance et permet une circulation d’air continue. Ainsi, les conditions d’aération du compostage sont maintenues, même après plusieurs semaines. À l’automne, pensez à stocker du brun : feuilles mortes, brindilles, copeaux, carton…

 

Gardez à l’esprit ces exemples, car ils permettent de classer les matières en deux catégories : le vert (la tonte de pelouse) et le brun (les feuilles mortes).

 

Le vert

Dans le vert viennent toutes les matières chargées en eau. C’est le cas des résidus issus de la cuisine (même les épluchures d’orange et de carotte, qui ne sont pas vertes). Ce qui importe, c’est leur capacité à putréfier rapidement. Leur pouvoir structurant est généralement faible. La tonte de pelouse et les résidus issus du potager sont aussi des matières vertes. Même si ces derniers peuvent avoir un pouvoir structurant plus fort, comme les pieds de tomate.

RCL-MatiereVerte-©AssociationEnRgéthic

Les matériaux verts (épluchures de cuisine, tontes de pelouse, …) sont riches en azote

Le brun

Dans le brun, vous trouvez toutes les matières dures et sèches comme les brindilles, les branchages, la paille ou le foin. Certaines matières ont un pouvoir structurant élevé (comme les tailles de haie), d’autres un pouvoir structurant plus faible (comme l’herbe sèche ou les feuilles mortes).

Réservez à votre barbecue ou votre cheminée tous les morceaux d’un diamètre supérieur à 1 cm, à moins que vous ne disposiez d’un broyeur de jardin. Dans ce cas, reportez-vous au diamètre maximum accepté par votre appareil.

RCL-MatiereBrune-©AssociationEnRgéthic

Les matériaux bruns (cartons, tailles, …) sont riches en carbone

 

L’azote et le carbone

Parler de brun et de vert est une façon simplifiée de parler de la composition des végétaux. Ils sont tous composés essentiellement de carbone (C) et d’azote (N). Le rapport carbone /azote (rapport C/N) indique si les végétaux sont à classer plutôt dans les matières brunes ou dans les vertes.

Ainsi, les matières brunes ont un rapport C/N plutôt élevé (la paille : 120 ; les feuilles mortes : 60). La tonte de pelouse, classique des matières vertes, a un rapport C/N de l’ordre de 10. La consoude a, quant à elle, un rapport C/N égal à 30, rapport idéal pour une décomposition équilibrée. Cela explique pourquoi la consoude est un bon activateur naturel du processus de compostage.

 

Brun et vert en mélange, une des clés de la réussite du compostage !

 

Je réussis mon compost et lombricompost

Le conseil de décembre est tiré du livre “Je réussis mon compost et lombricompost” de Ludovic Martin, Pascal Martin et Eric Prédine, paru aux éditions Terre Vivante. Cliquez sur la couverture afin d’accéder à plus d’informations et pouvoir feuilleter quelques pages supplémentaires.

Réduire ses déchets est une priorité. Dans ce livre on découvrira comment réduire ses poubelles en réalisant son compost et lombricompost, qu’on habite en ville ou à la campagne. Ce geste éco-citoyen a le double avantage de permettre de fabriquer de l’engrais naturel pour les plantes des jardins, terrasses, balcons mais aussi de proposer une activité ludique à partager en famille. Des nouvelles méthodes illustrées pas à pas, les différentes matières à composter et toutes les réponses aux questions de ceux qui hésiteraient encore à sauter le pas.

Par Ludovic et Pascal Martin, maître-composteurs, qui ont fondé l’association EnRgéthic, spécialisée dans le traitement et la valorisation des déchets organiques.

Par Eric Prédine, jardinier, auteur de livres sur le jardinage et concepteur de jardin partagés.

Paru en septembre 2011 – Collection Facile & Bio – 96 pages – 12 €

RCL_C1GVBD

 

Bon compostage à tous !

 

 

3 commentaires

  1. Nancy

    super cet article….. Abonnée a terre vivante je reçois leurs revu les 4 saisons du jardin bio depuis 2003 ainsi que leurs hors série.
    Beaucoup de leurs livres aussi , je ne suis pas adepte du compost, essai désastreux ….. le fais plutôt du paillage en mélangeant justement vert et brun ..

    Merci Romain

    Je suis fidèle lectrice de ton blog même si je ne commente pas souvent
    Nancy Articles récents…les jardins sous les eauxMy Profile

    1. Romain
      Romain

      Salut,

      Le paillis de déchets est une excellente façon de composter également ! En plus, il y a moins besoin de faire attention à l’équilibre avec cette méthode !

      A bientôt alors,
      Romain.

  2. MISS MM

    Bonsoir,
    Mon compost, je le fais un peu avec ce qui me tombe sous la main : tontes, épluchures de légumes, feuilles. Sans trop y réfléchir en fait. J’essaie de penser à le remuer de temps en temps pour aérer un peu (je vois bien que l’herbe en dessous a du mal à se décomposer si je ne fais pas ça). En ce moment, je mets les épluchures directement dans le potager, et les feuilles aussi, par-dessus du compost en phase de décomposition. En fait… je jardine un peu au pif, il faut bien l’avouer :-)
    Merci pour ce reportage instructif.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*

CommentLuv badge