«

»

Fév 02

Des pochons pour isoler les porte graines

Je vous l’avais dit, cet hiver je délaisse le potager pour me consacrer à diverses petites constructions qui me serviront l’année prochaine. Aujourd’hui, ce sont donc de petits pochons que j’ai réalisé afin d’isoler mes futurs porte graines de tomates et de poivrons.

En effet, même si les hybridations entre tomates ou entre poivrons sont quasi inexistantes il peut arriver que certaines se produisent avec des conséquences assez gênantes lorsque l’on souhaite récupérer les graines. J’en ai déjà parlé pour les courges mais le principe est exactement le même.

En gros, les tomates (comme les poivrons) sont autogames. C’est à dire que les fleurs vont se féconder elles-même sous l’action d’une force mécanique comme le vent. Lorsqu’une fleur est ainsi secouée par le vent, le pollen porté par ses étamines va pouvoir atteindre le pistil de cette fleur et la féconder. De cette fécondation résultera alors la formation du fruit tant convoité.

En revanche, les insectes pollinisateurs peuvent semer un peu le trouble dans ce cycle en venant butiner les fleurs et en transportant le pollen de différentes variétés. Ainsi, par exemple (c’est un peu plus compliqué que cela en vrai, mais l’idée est là), un butineur pourra se balader d’un plant de Green Zebra à un plant de Noire de Crimée. En théorie, le pollen de Green Zebra porté par le pollinisateur pourrait donc féconder la fleur de Noire de Crimée. C’est cela que l’on appelle l’hybridation. Les graines alors contenu dans le fruit résultant de cette fécondation contiendront donc des informations génétiques mixtes entre la Green Zebra et la Noire de Crimée. Si l’on récupère ces graines et qu’on les ressème l’année suivante, on aura donc un plant hybride entre la Green Zebra et la Noire de Crimée (c’est d’ailleurs cela que l’on appelle hybride F1 dans le commerce). La variété originale est donc perdue.

Pour maintenir une pureté variétale et éviter ces hybridations, la solution est très simple : il faut empêcher l’accès aux fleurs pour les pollinisateurs. La meilleure manière serait donc « d’enfermer » les plants dans des sortes de prisons empêchant les insectes de passer sauf que dans le cas des tomates c’est difficilement réalisable. On se concentrera donc sur les grappes de fleurs (pour les tomates) ou les fleurs simples (pour les poivrons). Pour cela, on repère les fleurs qui donneront les fruits sur lesquels on prélèvera nos graines (ce seront donc les porte graines) et on les ensache. Ce sont ces sachets que j’ai entrepris de fabriquer.

Matériel nécessaire

  • Pour ces pochons, il me fallait une matière perméable à l’air et à la lumière pour perturber le moins possible la plante. Pour cela, j’avais à disposition de vieilles chutes de moustiquaire. C’est parfait, juste ce qu’il faut pour priver l’accès aux pollinisateurs sans gêner mes plants plus que cela.
  • Pour former les pochons, une aiguille et une ficelle fine mais solide suffiront amplement !

DSCF2343

Réalisation

  • La première étape consiste à découper des bandes rectangulaires de 50×15 cm (qui, pliées en deux, seront suffisamment grandes pour contenir une grappe entière de fleurs de tomates) ou de 15×6 cm (pour une fleur de piment)
  • Ensuite, il suffit de plier les bandes en deux et de coudre les bords. Et oui, un jardinier doit aussi savoir coudre ! Attention cependant à ne pas coudre trop bord à bord car cela risquerait de déchirer facilement.
  • Un bon noeud pour finir et voilà, les tomates et piments seront protégés de l’hybridation

DSCF2349

Pour les mettre en place, il suffit simplement de glisser délicatement la grappe ou le bouton floral dans le pochon avant l’éclosion de la fleur (penser à bien mémoriser quel(s) fruit(s) seront les porte graines). On pince le pochon sur le pédoncule et il ne reste plus qu’à attendre que les fruits se nouent. Une fois la nouaison faite, je retire cette protection pour permettre un bon développement du fruit. Et normalement, les graines issus des tomates et des piments maintiendront la pureté variétale de mes cultures :).

DSCF2350

Et vous, de quelle manière évitez vous que vos variétés ne se croisent?

1 commentaire

  1. kayakestunpalindrome.com

    Bonjour et merci pour cette nouvelle astuce! J’ai déjà appliqué ton astuce pour lutter contre la pollinisation et ses conséquences (hybridation). Difficile en effet « d’emprisonner » les tomates dans un petit pochoir en tout cas je vais tenter ta méthode.
    kayakestunpalindrome.com Articles récents…Le culte du corpsMy Profile

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*

CommentLuv badge