«

»

Oct 18

Choisir l’emplacement et l’orientation de sa serre

DSC_0062Ceux qui me suivent régulièrement le savent, cette année j’ai choisi d’investir dans une serre tunnel afin d’expérimenter ce mode de culture pour vous en faire un retour, mais aussi un peu pour réaliser un rêve de gosse ! Après un an d’expérimentations et de réflexions autour de ma serre, je vous livre donc mes premières impressions sur le choix de l’emplacement et de l’orientation d’une serre !

 

Où placer la serre dans mon jardin ?

Dans mon cas, je n’ai guère eu le choix. La configuration de mon terrain ne m’offrait pas le luxe d’hésiter entre plusieurs emplacements possibles toutefois à l’usage je me rends compte que certains paramètres sont extrêmement importants à prendre en compte. Aussi, si vous le pouvez, faites y attention.

 

A proximité

C’est à mon sens le premier critère de choix. En effet, si vous avez rempli tous les autres critères mais que votre serre se situe loin de votre habitation ou des endroits où vous circulez régulièrement alors elle ne pourra pas exprimer tout son potentiel. Ne la reléguez pas au fin fond de votre jardin, où vous n’aurez notamment pas le courage d’aller y jeter un œil les jours où il pleut ou au cœur des froids de l’hiver.

Pensez que pour vous combler, la serre doit être visitée quasi quotidiennement notamment à certaines périodes. Par exemple, lors des premières belles journées de printemps, il est important de passer ouvrir les portes tous les matins avant d’aller au travail pour que la température ne monte pas trop brutalement. A l’inverse, il vous faudra refermer les portes tous les soirs car les nuits sont encore fraîches à cette période. Vous imaginez prendre le temps chaque jour d’aller ouvrir votre serre si elle se trouve au bout du jardin, alors que, comme moi, vous êtes probablement déjà en retard (ou au moins tout juste) pour partir au travail ?

De même, gardez à l’esprit qu’il ne pleut pas sous une serre. Il vous faudra donc penser à un moyen d’arroser et prévoir une arrivée d’eau. Dans la plupart des cas, c’est votre habitation qui vous le procurera, via le réseau domestique ou mieux, par un système de récupération d’eau. Encore une fois, il sera donc plus pratique d’installer la serre à proximité.

Alors, bien sûr il est possible de faire sans tout ça mais le potentiel de votre serre se retrouvera grandement diminué. Un tel dispositif représente un bel investissement qui, pour ma part, nécessite d’être rentabilisé au maximum !

 

Attention aux micro-climats de votre terrain

Toujours dans l’esprit d’optimiser l’investissement que représente votre serre, prêtez grande attention aux micro-climats de votre terrain. Prenez le temps d’analyser notamment l’ensoleillement et la circulation des vents. Ce sont en effet les deux facteurs principaux qui réguleront le climat dans votre serre, l’ensoleillement vous faisant gagner des calories, le vent vous en faisant perdre.

Veillez donc à placer votre serre dans un endroit le moins possible ombragé. De plus, la proximité de grands arbres entrainera des efforts supplémentaires en nettoyage des vitres ou de la bâche, avec le ruissellement des gouttes de pluie sur les feuilles, les chutes de résine ou de miellat de pucerons, …

Dans l’idée de perdre le moins possible l’énergie solaire accumulée, positionnez votre serre dans la zone la moins exposée aux vents. L’implantation d’une haie brise vent face au vent dominant sera d’ailleurs appréciable. Pour autant, ne tombez pas dans l’excès de cloitre complètement votre serre. L’aération est primordiale pour éviter l’humidité stagnante propice au développement des maladies. Il faudra donc un emplacement aéré mais pas venté !

 

Comment orienter la serre ?

Voilà une grande question que je me posé longtemps, et que plusieurs éléments m’ont permis de trancher.

A quel besoin la serre doit-elle répondre ?

Posez-vous réellement cette question, elle est très importante. Pour ma part, ma serre devait me permettre essentiellement deux grandes choses :

  • Pouvoir cultiver les légumes d’été exigeants dans ma région au climat pas forcément adapté (tomates, aubergines, poivrons, melons, …)
  • Pouvoir m’assurer des récoltes 12 mois sur 12, notamment à une période à laquelle je n’avais pas pour habitude d’obtenir des récoltes : l’hiver et le tout début de printemps.

Pas facile de concilier les deux car partout on conseille d’orienter différemment la serre pour l’un ou l’autre de ces deux besoins… Me voilà bien.

Poivron Purple Bell

Une de mes priorités sous serre, produire des poivrons. Pari gagné !

 

Orientation Nord-Sud

Les plus grands côtés sont donc exposés l’un à l’Est, l’autre à l’Ouest. Cette exposition semble idéale pour la culture d’été. Comprenez la chronologie quotidienne suivante :

  • Le matin : le grand côté prend pleine face les premiers rayons du soleil pointant à l’Est. La serre se réchauffe donc rapidement évacuant la fraîcheur de la nuit.
  • En journée : la serre offre une surface réduite au soleil et donc un échauffement réduit à un moment où la température extérieure est déjà haute
  • Le soir : le second grand côté permet de capter les derniers rayons de soleil se couchant à l’Ouest, permettant de gagner quelques degrés avant la nuit

 

Orientation Est-Ouest

Les plus grands côtés sont cette fois-ci exposés l’un au Nord, l’autre au Sud. Cette exposition est, à l’inverse, idéale pour la culture hivernale. En effet, à cette époque de l’année, le soleil est bien plus bas et la température extérieure froide tout au long de la journée. Il faut donc tenter de capter les rayons du soleil durant un maximum de temps et pour cela orienter un grand côté au Sud.

Voici des premiers éléments pour trancher, mais honnêtement ça n’a pas répondu à ma question. J’ai donc du considérer deux autres facteurs.

 

La région où l’on se situe

Dans mon cas, en Bretagne, les étés sont rarement caniculaires. Je suis sûr que je vous l’apprends n’est-ce pas ? Donc, exposer un grand côté au Sud, même en plein été reste avantageux. Il y a certes un échauffement plus important la serre en journée mais il est assez bien compensé par le critère que je vais vous présenter ensuite. Ceci est globalement valable pour la moitié Nord de la France.

Il m’est plus difficile de parler de la moitié Sud car je n’en ai pas l’expérience, aussi j’en appelle aux lecteurs du Sud pour témoigner ! Toutefois, il me semble qu’au Sud, la période où les températures extérieures sont réellement froides est plus limitée l’hiver. Aussi, l’avantage d’exposer un grand côté plein Sud n’est pas forcément avéré par rapport à l’inconvénient qu’il génère dès le printemps et ce jusqu’au moins la mi-automne. Tout est histoire de compromis !

Planche sud serre

Bien orientée, la serre devient vite une jungle luxuriante et la productivité est au rendez-vous !

 

La ventilation

Vous commencez à voir, dans ce cheminement de pensée et dans mes conditions de culture, l’orientation que j’ai choisie. Surtout qu’il me restait un dernier critère sur lequel jouer. Ainsi pour contrebalancer la forte température en été dans ma serre due à l’orientation Est-Ouest, la ventilation est primordiale. J’ai choisi un modèle de serre à deux portes (une à chaque pignon, donc une à l’Ouest et une à l’Est), qui me permet ainsi de créer un courant d’air dans le sens du vent dominant chez moi (vent d’Ouest). Et je peux vous dire que l’effet refroidissement est immédiat.

 

Pour résumer sur l’orientation, j’aurais tendance à dire :

Au Nord de la France, optez pour une orientation Est-Ouest avec une bonne ventilation l’été.

Au Sud de la France, optez pour une orientation Nord-Sud, sauf si le seul but de votre serre est de cultiver de la fin de l’automne jusqu’au début du printemps.

 

Maintenant que tout ceci est décidé, il ne vous reste plus qu’à sauter le pas ! Profitez de l’automne pour monter votre serre, c’est à mon sens la saison idéale ! Pour vous y aider, je vous propose de consulter un petit montage vidéo de ma serre tunnel ainsi qu’un guide pdf à télécharger reprenant toutes les étapes pas à pas ! J’ai pour ma part choisi le fournisseur serre-en-direct que je vous recommande vivement pour le rapport qualité-prix, aussi le petit tuto est complètement adapté à ses modèles mais vous trouverez nécessairement des astuces pour vous aider à monter la vôtre même si vous optez pour un autre fournisseur !

 

 

8 commentaires

Passer au formulaire de commentaire

  1. fab77

    Ici pas de serre mais un abri,pour l’emplacement pas le choix car j’suis en plein champ donc soleil du matin au soir,fabrication « maison »: fer à béton,tube en pvc rigide,bache à serre et boudin de mousse,cout total: 300 euros.Top pour la culture des tomates,poivron,piment et aubergine,toutes les plantations indemnes de maladies car toutes au sec. J’pense que ton reportage très complet va en décider plus d’un d’accéder à une serre,je le recommande.

  2. Gilles

    Salut Romain,

    Super article très complet.
    Je voudrais ajouter que les vents dominants sont primordiaux, non seulement pour les raisons que tu exposes, mais surtout pour éviter que la serre ne s’envole…
    Les grands côtés doivent être face à ces vents dominants.
    Par exemple chez moi les vents viennent principalement de l’ouest ; mes serres sont donc orienté nord/sud. Ainsi, les vents glissent sur les côtés de la serre et les contourne par dessus. A contrario, si l’on place les ouvertures du bout face aux vents dominants, ceux-ci risquent de s’engouffrer dans le tunnel… et si ils sont violents, tout part ! j’en ai fait l’expérience.

    Amitiés,
    Gilles

  3. Jardin couvert

    Bonjour,

    Effectivement on peut orienter sa serre selon son objectif, mais le commentaire de Gilles ci-dessus me semble primordial, parole de fabricant de serre : nous conseillons systématiquement l’implantation selon le vent dominant.

    Le pignon étant la partie la plus adéquate pour contrer la poussée du vent.

  4. MARCAUD

    Bonjour à tous

    Nous sommes très intéressés par votre lecture mais nous ne comprenons pas bien l’histoire de l’orientation :

    Gilles et Jardin Couvert semblent avoir des avis contradictoires tout en semblant etre d’accord d’où nos interrogations

    Gilles écrit :
    les vents glissent sur les côtés de la serre et les contourne par dessus. A contrario, si l’on place les ouvertures du bout face aux vents dominants, ceux-ci risquent de s’engouffrer dans le tunnel

    Jardin Couvert écrit :
    Le pignon étant la partie la plus adéquate pour contrer la poussée du vent.

    Alors je fais quoi ?

    A bientôt de vous lire
    Gilles89

    1. Romain
      Romain

      Bonjour Gilles,

      En effet, il n’est pas toujours évident de bien comprendre les divers commentaires. Moi même je ne suis pas forcément sûr de tout..

      Ce que je comprend de l’orientation pour contrer le vent avec l’exemple de mon cas :
      – Chez moi les vents dominants viennent de l’océan et donc vents d’ouest
      – Dans le cas d’une serre tunnel aux pignons fermés (comme la mienne) mieux vaut placer les pignons à l’ouest (et à l’est donc pour l’opposé). C’est ce que dit Jardin Couvert
      – Dans le cas d’une serre aux pignons toujours ouverts, mieux vaut placer les côtés face à l’ouest (et l’est). C’est ce que dit Gilles.

      Pour un nouvel éclairage, ma serre a subi deux décembres (2015 essentiellement et 2016 dans une moindre mesure) de tempêtes et vents forts sans aucuns dommages (pignons à l’est et ouest).

      J’espère vous avoir aidé !

      A bientôt,
      Romain
      J’espère que cela vous aidera !

  5. Jardin Couvert

    Bonjour,

    Quoi qu’il en soit, le pignon sera toujours la partie la plus résistante d’une serre du fait de sa conception comportant davantage de métal.

    Dans notre cas, en tant que fabricant de serres professionnelles (chapelles et bi-tunnels), notre expertise nous a amené à prévoir des renforts sur les flancs étant donné que tous les clients ne peuvent pas orienter la serre comme ils le souhaitent.

    De plus, nous sommes habitués à concevoir des serres pro de très grande hauteur avec ce genre de problématiques.

    Egalement, cette solution du flanc face au vent peut ne pas fonctionner si la structure n’est pas assez robuste (Ø de tubes, espacements, hauteur de structure, forme, accroche au sol, nature du sol, météo…), la bâche ne pouvant s’appuyer sur une structure suffisante d’une part, et d’autre part la surface opposée au vent étant bien supérieure par rapport au pignon.

    Attention : on l’entend dire mais la bâche ne présente un rôle que très marginal dans l’accroche au sol : on l’enterre pour la bonne tension, mais elle ne peut retenir la structure à elle seule. De plus, nous avons eu des retours d’informations sur des bâches enterrées dégradées par l’acidité du sol, donc dangereuses si la bâche constitue la seule accroche au sol.

    Nous avons envie de conclure en disant que l »orientation est très importante mais à relativiser, notamment avec les bâches techniques disponibles aujourd’hui type Lumisol, bâches diffusantes, mais aussi les éléments types brise-vent, ombrage…

    Pour nous, la seule configuration à éviter de façon certaine est celle où seulement l’un des pignons est ouvert. On crée une situation de parachute extrêmement dommageable en cas de gros vent.

    Voilà pourquoi une serre doit impérativement être équipé de deux ouvertures, une à chaque extrémité.

    D’ailleurs, lors de grandes tempêtes dans l’ouest ou ailleurs, nous sommes souvent contactés pour des remplacements de bâches : ce n’est pas tant la structure qui souffre mais la bâche de serre, qui a une grosse surface d’opposition au vent et s’envole.

  6. Jérôme

    Bonjour,

    Je me lance cette année en maraîchage naturel, et suis actuellement entrain de comparer les caractéristiques des bâches de serre… Je suis intéressé par la LUMISOL thermique diffusante 200 micron, seulement j’ai lu que: « Il est déconseillé pour les cultures précoces ou hivernales (maraîchage) car la réduction de la lumière allonge le cycle de culture. »

    Habitant dans le Cantal, à 600 m d’altitude, je ne sais plus si je dois partir sur une polyane 5TL, polyane 4STHD (qui serait diffusante, mais je n’ai pas encore trouvé de fiche technique) ou une LUMISOL.

    Un avis d’expert sur la question? :-)

    Merci par avance,

    Jérôme

    1. Romain
      Romain

      Bonjour Jérome,

      C’est une question très technique, mieux vaudrait vous adresser à un professionnel, je suis plus axé sur le potager amateur !

      Désolé de ne pouvoir vous répondre, mais je préfère être honnête !

      Bonne journée,
      Romain

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*

CommentLuv badge