«

»

Fév 02

Les légumes hybrides F1

On trouve dans les jardineries de plus en plus de plants ou de graines dites F1. Si vous cherchez à vous renseigner sur internet vous allez indéniablement lire ce genre de choses : les plants F1 sont des variétés améliorées, ils sont plus productifs, plus résistants, etc etc. Et pourtant, je proscris ce type de variétés dans mon potager parce que, selon moi, les inconvénients majeurs ne valent pas les avantages de ces variétés.
Qu’est ce que la F1 ?
Le terme F1 est emprunté du domaine de la génétique dans lequel, il désigne globalement la première génération de descendants d’un croisement, Ainsi, les variétés de légumes F1 désignent avant tout une variété hybride. Par hybride, on entend une variété conçue expérimentalement et issue du croisement entre deux parents aux caractéristiques intéressantes.
Pour illustrer ce concept, un exemple très simplifié. Imaginez deux plants de tomates issus de lignées différentes, un premier plant donnant une foule de fruits mais de goût assez médiocre, et un second produisant très peu de fruits mais au goût délicieux. Il peut donc paraître judicieux de les croiser pour obtenir une variété productive avec un très bon goût. La réalité est un peu plus complexe mais le principe des F1 est là.
Ainsi par ce principe on peut donc aboutir à des variétés à croissance rapide, résistante aux maladies, aux parasites, très productives…
Avantages des plants F1
On pourra obtenir des variétés avec des avantages physiques de :
  • Taille : par exemple, des variétés naines adaptées aux cultures en pots
  • Forme : par exemple, des concombres bien droits
  • Couleur de fleurs : favorisant la pollinisation

Mais aussi des avantages physiologiques et comportementaux comme :

  • Une meilleure conservation
  • Des variétés sans graines
  • Des variétés autofertiles
  • Des variétés résistantes aux maladies et parasites
Inconvénients des F1
Les variétés F1 présentent aussi des inconvénients qui font que je ne peux me résoudre à acheter des variétés F1.
Par exemple, elles présentent une grande homogénéité, vous aurez donc par exemple une production très peu étalée dans le temps. De plus, votre production sera elle aussi très homogène, à savoir que vos légumes se ressembleront tous en goût et en aspect. Fini la surprise de tomber sur une tomate particulièrement savoureuse !
L’avantage hybride n’étant transmis qu’à la première génération, il devient aussi impossible de récolter soi-même ses propres graines pour resemencer l’année suivante. Vous devenez donc, avec des variétés F1, extrêmement dépendants des semenciers. Or la récolte des graines pour resemer l’année suivante est une pratique très importante à mes yeux. On maîtrise l’ensemble du cycle de nos légumes, on peut sélectionner nos pieds les plus forts au sein des variétés cultivées et ainsi, après de nombreuses années certes, on peut obtenir des plants plus adaptés à notre climat.
Enfin, les variétés hybrides sont progressivement en train de faire disparaître certaines variétés traditionnelles qui présentaient pourtant des intérêts certains. Ainsi, la tomate Noire de Crimée a bien failli disparaître car, bien que très bonne, elle est assez peu productive comparée aux F1…Quel dommage ! La diversité s’entretient aussi dans nos potagers !
Et vous, quelle est votre position face aux plants F1? Pour ou contre? Et pourquoi?

15 commentaires

Passer au formulaire de commentaire

  1. Jérôme

    Par principe je refuse catégoriquement de mettre un quelconque légume F1 dans mon potager. Même si je n’en ai pas beaucoup, celui là j’y tiens et je le garde précieusement. Nos aïeux ont bossé dur pour créer, améliorer des variétés que nous consommons encore aujourd’hui…la biodiversité potagère. Le catalogue du GNIS et ses F1 en dit long sur le le travail de sape qui s’effectue petit à petit. Et j’ai envie qu’un jour mes enfants aient des semences , plein de semences dans les poches que mes grands parents cultivaient en leurs temps. Il ne faut pas effacer d’une revers de la main l’histoire des hommes …

    1. Romain
      Romain

      J’adhère complètement à ton point de vue et c’est actuellement le combat de plusieurs associations. Et c’est aussi ce que nous essayons de défendre sur nos blogs :). Les jardiniers commencent à prendre conscience de l’importance de toutes ces variétés anciennes, continuons à les cultiver.

    2. bourrel

      merci pour toutes ces infos , et merci de les faire circuler.
      Quand on voit ce que deviendra prochainement le marché des semences, on est content de voir qu’on est pas seul à s’en préoccuper.
      revenons à nos moutons : perso, pour mes graines de tomates, je les retire, et les laisse pratiquement 2 semaines dans un bol d’eau, jusqu’à ce qu’une couche de fermentation les recouvre. Pas d’inquietude, on retire cette couche, et les graines ayant fermentées sont de meilleure qualité pour la conservation. Elles sèchent, je les stocke dans des pochettes en papier, étiquetées et j’attends le printemps pour les semis !
      Voilà c’est tout.
      bon jardinage à tous !
      Dany

      1. Romain
        Romain

        Bonjour Dany,

        Je procède de la même façon. C’est tellement simple de récupérer les graines de tomates qu’il serait dommage de ne pas le faire systématiquement !

        Merci pour ton commentaire,
        Romain

    3. bourrel

      ouf, Jérome existe ! :-)
      dans mes aïeux, point de cultivateur, mais la tante qui m’a élevée faisait de l’élevage, et comme par hasard, ………… je fais de l’élevage. J’ai de sacrés souvenirs de la voir revenir à la maison avec un lapin qui pendait à sa main, pour le repas du soir. Tu as raison, il faut que ces choses de la nature soit transmises absolument. C’est la survie de notre espèce vivante qui en dépend.
      tiens, je te fais un bisou, je me permets !

  2. Karim

    Je suis tout a fait d’accord avec vous, ces semences F1 sont une arme de destruction massive dirigé contre la nature.
    J’ai vu des reportages sur les grands semenciers (soit disant) où il demandais à des paysans indiens (en inde :)) de détruire les graines en leur possessions (des graines issues de variété sélectionné depuis extrêmement longtemps, pour certaines, elles se transmettaient depuis plusieurs centaines d’années dans des village) et donc des variétés de blé qui était unique au monde et adapté a des climats extrêmes détruit à jamais. Et en contre partis, si ils prouvais au grandes sociétés qu’il avais détruit leur graines, il leur donnais des graines pour cultivé 1 an leur blé pourris (et de par ce fait, il deviennent dépendant de ces graines).

    Je sais que ce n’est pas grand chose, mais j’essaye de collectionnés et conservé le plus de variétés de graines possible. Si chaqu’un fait un pas dans cette direction, peut être verrons nous le bout du tunnel ;)

  3. François

    Les semenciers sont méchants, ils s’en foutent plein les poches et appauvrissent la planète… discours lénifiant véhiculé dans des milieux qui évoluent en vase clos, connerie. Pour créer un hybride intéressant il faut disposer de collections variétales les plus complètes possibles, les semenciers n’ont aucun intérêt à appauvrir la diversité génétique du monde végétal, ils ne vont pas se tirer une balle dans le pied. En matière de semences potagères F1 il y a de grosses merdes comme les tomates long-life, et puis de belles réussites, en melons par exemple. Entre une Saint-Pierre et une Dona mon choix est fait, il en va de même entre un cantaloup charentais et un Figaro, ma préférence va aux F1, à tous points de vue. Cela ne m’empêche pas de semer de la cornue des Andes ou du pele de sapo, j’ai le choix, je suis libre, j’en profite. Je respecte autant le travail de Kokopelli que celui des « grosses multinationales » (qui pour beaucoup n’en sont pas) de la semence. Semencier c’est un métier, du savoir-faire, de la rigueur, de l’intelligence, de l’engagement, et ce quel que soit le parti pris. Entre garder 50 graines de tomates qu’on ressèmera l’an prochain et garantir la pureté variétale de ce que l’on affiche sur un catalogue de 50 pages il y a un monde, beaucoup ne mesurent pas la largeur du fossé. La plaie dans ce domaine, comme dans d’autres, c’est les dogmes, la pensée unique, qui servent les desseins de quelques-uns et asservissent les troupeaux. Je ne travaille pas pour Caillard ou Vilmorin, je suis un petit maraîcher … bio.

    1. Romain
      Romain

      Bonjour et merci d’avoir partagé cet avis,

      Ce que vous dites est en partie vrai mais on ne peut pas dire que les semences F1 ne vont pas à l’encontre de la diversité. Certes les laboratoires faisant du F1 maintiennent en milieux clos des collections variétales afin de conserver un réservoir de caractères pouvant être intéressants, mais ce réservoir est extrêmement limité contrairement à ce que vous laissez entendre. La diversité ne se compte pas qu’en terme de variétés mais également en nombre de représentants de ces variétés.

      De plus, l’emploi exclusif de F1 met fin au processus d’évolution naturelle. Fini l’adaptation progressive des variétés aux terroirs, aux sols, aux climats que l’on peut finir par obtenir en récoltant ses graines de générations en générations, puisque les F1 doivent être rachetés à chaque fois auprès des mêmes laboratoires. Il n’y a plus de place pour les petits écarts génétiques qui font la richesse de la biodiversité.

      Et enfin, sans faire le procès des grands groupes semenciers, dire que ces gens là se préoccupent de la diversité me fait doucement sourire…

      Chaque avis est bon a entendre, mais je continuerai pour autant à ne pas vouloir d’un monde 100% F1 (petit tour en jardinerie fin avril, pas une seule variété de tomate en plant qui ne soit pas du F1. Elle est où notre liberté de choix là?).

      Bonne soirée,
      Romain.

    2. Zapatta

      Je crois qu’ici on explique que si on revend la génération F1 c’est bel et bien pour que le maraicher ne puisse pas ressemer tout en évitant 10 ans de boulot pour avoir une génération stable.
      Peut importe, au bout du compte les semencier gardent jalousement leurs hybrides stables s’ils en ont. D’aprés moi ca devrait être du domaine public.
      Je suis d’autant plus choqué d’apprendre qu’un kilo de semences F1 peut être vendu 30000€!!!

  4. malinkias

    Bonjour,
    Merci pour cette article, je commence juste mon potager et au moment de l’achat de mes premières graines j’ai effectivement pris des F1 sans savoir.
    J’y regarderai de plus près à l’avenir et je comprend maintenant bien pourquoi les graines de melon que je veux faire germer depuis 15 jours ne font rien. Si ça se trouve même les melons charentés cultuvé au maroc sont des F1…

    Malinkias
    malinkias Articles récents…J’ai joué avec ma Big Mill BasicMy Profile

  5. jblynx

    le vide absolut

    Pas de goût pas de Nutriment impossible a reproduire normalement le vide absolut

    La nature n’aime pas le vide (moi non lus)
    jetait enfant et chez un de mes oncle j’ai goutter pour la première fois de ma vie une tomate Tellement goutteuse qu’il ne fallait pas de sel.
    Quelques année plus tard lors d’un reportage il montrait un tableau récapitulatif en nutriment, les tomates F1 n’ont presque rien mais les tomate Ancienne étaient 500x plus Nutritive cinq cent fois !.

    les légume F1 vous rendent esclave des multinationale qui empoisonne la terre mais ne vous nourrissent pas (pas de goût ni vitamines/minéraux, nutriment …) sauf avec avec du vide ! ! ! :-(

    RIEN NE PEUT REMPLACER MÈRE NATURE

  6. LoBiz

    Cette vilaine manie de l’être humain de toujours vouloir tout contrôler :-( C’est désolant…
    A se croire tout puissant, il oublie que c’est lui qui a besoin de la nature et pas l’inverse !
    Pas de F1 chez moi !

    Bizzzzz à tous les jardiniers conscients et responsables.

  7. Zapa

    A force de lire des choses sur les hybrides et le reste (pesticides, ogm, abattoirs..) je commence à présentir une de mes intuitions comme juste.
    J’ai parfois l’impression que les légumes, les céréales et les fruits ne jouent plus qu’un rôle annexe dans notre alimentation, l’alimentation du plus grand nombre de ceux qui n’ont que le supermarché…. un rôle qu’on pourrait presque qualifier de décoratif. Nous ne mangeons plus que de la viande.
    Ce n’est peut-être pas une coïncidence vu la transformation de l’agriculture et de l’industrie animale.
    D’une part nous avons des abattoirs aux portes desquels s’arrête toute humanité pour laisser place à la barbarie tant le rendement y est infernal. D’autre part nous avons des cultures sur des terres appauvries ou bien hors sol, semées hybrides dans l’unique objectif de la rentabilité et couvertes de pesticides. L’objectif semble être la centralisation et l’optimisation des profits, ce qui serait vertueux d’un point de vue libéral mais est aberrant d’un point de vue pratique.

  8. Mahoudeau nicolas

    Bonjour

    Je voudrai savoir, si F1 signifit juste un croisement entre deux espece, je suppose que nimporte quelle variété est passé un jour par un stade F1, et donc en le faisant en pepiniere ou en labo, on selectionne juste les varietes jugées rentables ? Donc comment se fait il que certaines variétés soient stériles ou instables et d’autres pas ?

    1. Romain
      Romain

      Bonjour,

      C’est en réalité un peu plus compliqué qu’un simple croisement comme cela pourrait se produire naturellement. Mais en effet, toutes les variétés sont un jour passées par un stade F1 puisque ce nom signifie simplement la première génération issue d’un croisement. Le fait qu’une variété classique soit stable est simplement dû au fait que le croisement se soit opéré il y a longtemps et que par la suite, les cultivateurs aient continué à sélectionner les pieds reproduisant la variété à l’identique. On dit qu’ils ont ainsi fixé la variété. En théorie, on pourrait également fixer des variétés F1 du commerce, seulement, il faudrait pour cela pouvoir cultiver des milliers de plants et sélectionner d’années en années, uniquement les quelques uns fidèles à la variété. C’est un travail de longue haleine, que nous ne pouvons pas vraiment nous permettre.

      En espérant vous avoir éclairé sur ce point!

      A bientôt,
      Romain

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*

CommentLuv badge