«

»

Fév 02

Que semer, planter et comment entretenir son potager en février

Ca y est, en février on sort de l’hiver ! Ou au moins, on commence à préparer son potager pour le printemps qui arrive et c’est un vrai plaisir de reprendre les semis, de remettre les mains dans la terre et de revoir les petites plantules sortir de terre.

Pour ne rien oublier, voici les travaux du mois. Et comme à notre habitude, cet article est co-écrit avec Yannick de au-potager-bio.

 

Les semis

  • Artichaut : à semer en godets, en intérieur mais sans chauffage. La première année de culture risque de donner une récolte très aléatoire.
  • Aubergine : semer en intérieur, en godet individuel. Selon les conditions, il peut être nécessaire d’installer un système de chauffage (entre 20-25°C) et une lumière artificielle pour éviter que les semis ne filent. Prévoir aussi une serre pour une plantation avant la mi-mai. L’enceinte de germination est donc fortement recommandée pour ce semis !
  • Carotte : semer sous abri les variétés à déguster primeures. Pensez à bien décompacter votre sol avant de semer sinon elles pousseront difficilement
  • Céleri rave : semer en terrine, en intérieur ou sous châssis. Il faudra prévoir plusieurs repiquage avant la mise en place définitive.
  • Cerfeuil : directement en place, un semis clair évitera d’avoir à éclaircir par la suite
  • Chou fleur, brocoli, chou de Bruxelles et chou rave : semer les variétés de printemps en godets en intérieur
  • Concombre : semer en godet, sans chauffage mais avec une source lumineuse si la luminosité ambiante est trop faible. Assez précoce, ce semis est plutôt destiné à une culture en serre.
  • Epinard : semés sous châssis, ils permettront des récoltes précoces
  • Fève : la seconde période de semis commence pour les fèves pour une récolte en fin de printemps. Voir comment semer les fèves.
  • Hysope : semer en intérieur, de préférence en terrine et repiquer ensuite les plants les plus forts
  • Laitue et salades diverses : Les semis de variétés précoces débutent en intérieur (en minimottes pour plus de simplicité)
  • Melon : Frileux, le melon se sème lui aussi de préférence en godets dans une enceinte de germination. Au nord de la Loire, mieux vaudra le cultiver sous serre.
  • Navets : c’est le moment de lancer les premiers semis de navets qui seront déguster jeunes, en primeurs.
  • Oignon blanc : semer en poquets en intérieur
  • Piment, poivron : pour beaucoup, ce sont les premiers semis de l’année. Pour une germination optimale, choisissez là aussi de semer dans une enceinte de germination (en  savoir plus sur le semis de poivron et piment)
  • Poire melon : idem aux piments !
  • Poireau : les poireaux sont très longs à germer et à pousser, semer rapidement en terrine à l’intérieur
  • Pois : semer les pois à grains ronds en intérieur en gouttière ou bien directement en place
  • Pourpier : semer à la volée, sous serre ou en extérieur à condition de couvrir d’un voile de forçage
  • Radis : même s’il est préférable d’attendre pour de meilleures récoltes, on peut commencer à semer les radis sous serre, châssis ou sous voile de forçage
  • Rhubarbe : même si le semis est rare, car très incertain, il faut procéder à cette période en intérieur et en godet.
  • Tomate : les plus impatients pourront semer les tomates en février. Mais mieux vaut tout de même attendre le mois prochain, voire même la fin du mois prochain si l’on a pas de serre. Pour les tomates, le chauffage n’est pas nécessaire, mais la lumière artificielle l’est bien souvent. Voir comment semer les tomates.

 

Les plantations

  • Ail : dans les régions au climat doux, on plante l’ail dans un sol bien drainant pour éviter le pourrissement des caïeux (voir comment planter l’ail)
  • Asperge : la plantation de griffes de 3 ans permet d’avancer les récoltes. La culture des asperges demande un certain travail, à prendre en compte avant de la planter au potager donc.
  • Echalote : se référer à l’ail (en savoir plus sur la plantation de l’échalote)
  • Oignon rocambole et oignon patate : on plante hors sol gelé, un caïeux tous les 15 cm (voir comment planter des oignons)
  • Topinambour : pailleur copieusement après la plantation. Attention, les topinambours peuvent vite devenir envahissants et surtout émettent de très hautes tiges, il faut donc mieux les placer au nord de votre potager pour limiter l’ombre portée
  • Rhubarbe : on peut planter maintenant les éclats de souche prélevés à l’automne dernier, pailler là aussi après la plantation
  • Lianes, arbres et arbustes fruitiers : les sujets à racines nues peuvent être plantés en février.

 

L’entretien à apporter aux cultures en place

  • Arbres et arbustes fruitiers : il faut finir leur taille hivernale avant la fin du mois, après il sera trop tard. Pailler et amender et couvrir d’un voile d’hivernage ceux qui commenceraient à fleurir
  • Pommes de terre : continuer à les faire germer dans un endroit frais (mais pas froid) et sombre (en savoir plus sur la façon de faire germer ses pommes de terre)
  • Forcer la rhubarbe : couvrir les souches avec un pot de terre retourné
  • Protéger les choux hivernaux : pour éviter que les pommes ne s’abiment avec les dernières gelées, on peut les couvrir en rabattant les feuilles extérieures sur le coeur

 

Et vous, que faites vous en février au (ou pour le) potager?

 

 

4 commentaires

Passer au formulaire de commentaire

  1. Fred@tronçonneuses

    Savez-vous si on peut commencer en février à s’occuper de la pelouse ? Comme il ne gèle pas encore, j’hésite à m’en occuper..

    1. Romain
      Romain

      Bonjour,

      Mieux vaut attendre et la laisser tranquille le temps qu’elle se réveille au début du printemps !

      A bientôt,
      Romain

  2. Schimmerling Michel

    Bonjour,
    J’habite dans le centre-Var. J’ai un assez grand terrain avec des arbres fruitiers (essentiellement des abricotiers). Comme les été sont très chauds et très ensoleillés. J’aimerais savoir s’il est possible de cultiver des tomates, poivrons… sous la frondaison des arbres fruitiers ou à leur périphérie en reliant les tuteurs au tronc central. Une ombre légère est-elle un inconvénient au mûrissement des légumes ? Merci d’avance pour votre réponse

    1. Romain
      Romain

      Bonjour,

      Dans vos conditions, je pense qu’une ombre légère sera même appréciable à vos légumes ! Cela leur évitera des coups de soleil ravageurs et ne devrait aucunement gêner le mûrissement !

      A bientôt,
      Romain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>


*

CommentLuv badge