«

»

Avr 28

[Conseil de Terre Vivante] Deux idées reçues sur la plantation des tomates

Je vous l’avais annoncé dans le premier article de cette nouvelle rubrique mensuelle consacrée à l’identification des maladies des pommes de terre, j’ai eu le plaisir de nouer un partenariat avec l’association Terre Vivante. Partenariat pour lequel j’ai eu l’autorisation de reproduire sur mon blog des passages de leurs ouvrages afin d’alimenter cette rubrique : Les conseils de Terre Vivante. Voici donc un nouveau conseil de saison !

 

Tomates 1A l’heure où j’écris, bon nombre d’entre vous doivent songer à leur plantation de tomates à venir. Et oui, les Saints de Glace sont pour bientôt et avec eux, les plantations des frileux dans toutes les régions françaises !

Pour réussir au mieux cette étape primordiale qu’est la plantation de vos petits plants de tomates, il existe de nombreuses méthodes et l’on entend foule de conseils pour améliorer la reprise. Mais attention aux idées reçues qui pourraient faire plus de mal que de bien. Alors, je vous laisse avec Terre Vivante pour vous parler de ces idées reçues et des méthodes à adopter pour réussir vraiment sa culture.

 

Tasser la terre autour des plants : idée reçue n°1

Il est parfois recommandé de bien tasser la terre autour du plant qui vient d’être repiqué. Ne faites pas ça ! Les racines ont besoin d’air et de place pour quitter la motte dans laquelle elles sont confinées depuis 2 mois. L’arrosage que vous réalisez juste après la plantation suffit largement à créer le contact nécessaire entre elles et la terre, pas besoin de tasser !

 

Des orties dans le fond du trou de plantation : idée reçue n°2

Un autre conseil souvent prodigué : mettre des orties dans le trou de plantation. Certes, les orties peuvent amener des éléments intéressants… à condition qu’elles se décomposent correctement. Or, une fois enterrées, elles ne pourront pas le faire faute d’oxygène.

A éviter absolument : mettre des orties et tasser la terre !

 

Des purins pour les tomates : bonne idée n°1

Parmi les abonnées aux 4 saisons du jardin bio, qui ont apporté leurs précieux témoignages, plusieurs utilisent des purins pour leurs tomates.

  • Marie-Anne pulvérise un mélange de quatre purins (ortie, consoude, fougère, prêle) tous les 10-15 jours, à la dose de 150ml de chaque préparation pour 5l d’eau.
  • Patrick apporte du purin d’ortie 1 fois par semaine au pied à partir de la plantation, puis du purin d’ortie et du purin de consoude à partir de la floraison.
  • Josette utilise à deux ou trois reprises une macération de consoude (1 kg de consoude hachée menu est macérée dans un arrosoir d’eau de pluie, 1l de la macération est dilué dans 10l d’eau, et chaque pied de tomate reçoit 10l de cette dilution).

En fortifiant les plants, ces purins ont non seulement une action fertilisante, mais aident également à lutter contre les maladies et les ravageurs de la tomate.

Arrosage

Un bon arrosage à la plantation vaut bien mieux que de tasser soi-même la terre ! Surtout si l’on y ajoute du purin fortifiant et fertilisant.

 

Une fertilisation à base d’engrais vert : bonne idée n°2

Depuis 30 ans, Joseph sème de l’orge à l’automne. Il le fauche au mois de mars suivant, quand il a 50 cm de hauteur. Au départ, la terre ressemblait à du “béton” mais maintenant elle est bien grumeleuse. Joseph n’utilise pas d’autres fertilisants.

 

Elles sont bonnes mes tomates ! Des semis aux conserves

Ces extraits sont tirés du livre “Elles sont bonnes mes tomates !” de Blaise Leclerc, aux éditions Terre Vivante. Vous y trouverez une foule d’autres conseils pour réussir de A à Z votre culture de tomates (cliquez sur la couverture ci-dessous pour pouvoir lire quelques pages supplémentaires sur le site de Terre Vivante).

CUTOM_C1GVBD

A la demande de Terre vivante, Blaise Leclerc a mené une expérience inédite : cultiver 50 variétés de tomates, à la recherche de tomates méconnues, délicieuses et dotées de qualités agronomiques évidentes. Tomate ananas, miel du Mexique, Côtelée de Florence… Il partage ses résultats à travers 50 fiches pratiques détaillant pour chaque variété :

  • les conseils de culture (semis, plantation, entretien, soins contre les maladies…)
  • leur intérêt agronomique (rusticité, précocité)
  • leur intérêt gustatif (texture, saveur…)
  • ses coups de cœur
  • (Tomate) cerise sur le gâteau : des recettes et techniques de conservation d’abonnés au magazine de Terre vivante, Les 4 Saisons du jardin bio.

Par Blaise Leclerc ingénieur agronome et jardinier depuis plus de 30 ans. Il est auteur de nombreux livres sur le jardinage bio aux éditions Terre vivante. Il dirige également le bureau d’étude Orgaterre, spécialisé dans les relations entre l’agriculture et l’environnement et est expert à l’Institut Technique de l’Agriculture Biologique (ITAB). Photos de Jean-Jacques Raynal

120 pages – 14€ – Collection Facile & Bio

 

J’espère que cette rubrique vous plait et qu’elle vous sera utile. N’hésitez pas à commenter pour poser vos questions, donner votre avis, vos méthodes ou simplement pour laisser un petit mot sympa !

 

 

11 commentaires

Passer au formulaire de commentaire

  1. notrealimentation.com

    Bonjour!
    Merci pour ces très bons conseils! J’avais pour habitude de tasser la terre (plus un réflexe qu’autre chose) et apparemment je fais plus de mal que de bien! Je pense que c’est valable pour tous les plants non?
    notrealimentation.com Articles récents…Les avantages d’un traiteurMy Profile

    1. Romain
      Romain

      Bonjour !

      Tout à fait, il n’y a que pour les arbres où j’émettrai des réserves mais sans certitudes. En tout cas, c’est certains que le tassement fait plus de mal qu’autre chose, je l’ai encore observé dans mes rempotages de tomates cette année.

      A bientôt,
      Romain.

  2. Gilles - Un Jardin Bio

    Bonsoir Romain,

    ça se discute !

    Concernant le fait de tasser la terre autour des plants (sans excès), il est démontré que cela permet une meilleure reprise…
    Pour ce qui est des orties au fond du trou de plantation, en effet, l’air est essentiel à leur décomposition, raison pour laquelle on conseille (en tout cas, c’est ce que je fais) de placer les orties 3 ou 4 semaines avant la plantation…en procédant ainsi, aucun souci de décomposition, et un réel bénéfice pour le développement des pieds de tomates.

    Mais ça se discute…

    Amitiés,
    Gilles

    1. Romain
      Romain

      Salut Gilles,

      Content de lire ton commentaire éclairé ! Je pense que tasser la terre dépend beaucoup du type de sol que l’on a. Le mien est déjà asphyxiant, il est vrai que si je ne tasse pas mes plants reprennent mieux. De même pour les rempotages, j’ai essayé cette année et les plants où j’ai très peu tassé n’ont montré aucun arrêt de croissance alors que ceux où j’ai tassé ont marqué une petite pause. Rien de grave quand même.

      En revanche, pour les orties je suis 100% d’accord. Sauf que partout on lit de mettre au moment de la plantation.. Ce que je faisais au début aussi. J’essaierai comme toi l’année prochaine !

      A bientôt,
      Romain.

  3. Gilles - Un Jardin Bio

    Tu as tout à fait raison : chaque sol est différent et doit être appréhendé en fonction des ses caractéristiques propres. Et, en effet, il est sans doute préférable de ne pas tasser un sol lourd, alors qu’au contraire, tasser un sol léger permettra une meilleure assise au plant…
    Bonne journée,
    Gilles
    Gilles – Un Jardin Bio Articles récents…Les Lasagnes, Buttes PermanentesMy Profile

  4. Lillycat

    Hello Romain,

    Et bien, comme beaucoup je mettais aussi de l’ortie et des feuilles de consoude hachées dans les trous de plantation et ça ne semblait pas poser de problème. Si je comprends bien, au pire, ça ne sert à rien. Heureusement il y a les purins!
    Petite gelée ce matin, (la dernière de l’année j’espère) et déjà quelques traces d’oïdium dans les fleurs!
    Merci pour les conseils et bonne journée à tous
    Lillycat

    1. Romain
      Romain

      Salut !

      Il y a eu quelques petites alertes aux gelées chez moi aussi mais les petits plants semblent avoir bien encaissés ! Déjà l’oidium? L’humidité et la douceur de l’hiver lui ont sans doute pemris d’arriver si vite!

      Pour cette histoire d’ortie et consoude au fond du trou, je pense que le mieux c’est de procéder comme le dit Gilles.

      A bientôt,
      Romain.

  5. MISS MM

    Suite ton échange avec Gilles et bien… je ne sais plus trop :-( D’habitude je tasse puis j’arrose bien au pied. Bon, je vais continuer à tasser, moins fort. J’attends que les saints de glace soient passés pour mettre les plants en pleine terre. Pour l’instant, je ne les trouve pas très « costauds », ça leur laisse encore quelques jours pour se renforcer. Et comment va Paulo ?
    MISS MM Articles récents…Mes compagnes de pique-niqueMy Profile

    1. Romain
      Romain

      Le mieux c’est d’essayer sur deux plants de tasser ou non et de voir comment ils évoluent. Je le dis souvent, mais en jardinage il n’y a pas de vérité absolue et on ne peut donner que des indications. Chacun doit se faire son idée en fonction de son terrain de jeu :).

      As tu pensé à endurcir tes plants? Si c’est le cas, après la plantation ils vont devenir de plus en plus costauds très rapidement ! Paulo va très bien :) La semaine prochaine, il va m’offrir du chocolat à croquer je pense :)

  6. eliane

    Bonjour ,
    En ce qui concerne le purin d’ortie je n’ai pas bien compris, , j’ai compris que j’arrose aux pieds des tomates avec la solution diluée à 10 ou 20% ?
    Ensuite est ce que je pulvérise cette solution diluée SUR LE FEUILLAGE ? si oui diluée à combien ?

    De plus cette année j’ai acheté des sacs à tomates en plastique perforé pour leur faire comme une serre et éviter qu’elles soient mouillées par la pluie car ici en Normandie le temps n’est pas terrible , donc est ce que je laisse ces sacs jusqu’à ce qu’il y ait des fruits , car je n’y connais, pas grand chose , en plus j’ai mis mes tomates dans des gros pots , car les thuyas de mon voisin me pompent tout au potager et mon cerisier y fait de l’ombre vers 16h

    1. Romain
      Romain

      Bonjour,

      Pour le purin d’orties, il y a presque autant de façons de faire que de jardiniers. Mais globalement on peut retenir :
      La pulvérisation sur le feuillage c’est essentiellement pour fortifier les plants et lutter contre les maladies, dilué à 5%
      L’arrosage c’est pour fertiliser, dilué à 10%

      Je ne suis pas un grand adepte de ces sacs, car s’ils protègent de la pluie, ils emprisonnent l’humidité de la respiration des plantes et risquent de brûler les plants en plein soleil. Le mieux serait de ne les mettre qu’en cas d’épisodes pluvieux annoncés.

      A bientôt,
      Romain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*

CommentLuv badge