«

»

Mai 07

Quand et comment planter les pommes de terre ?

DSCF3894La pomme de terre est une culture que tout potagiste envisage, et c’est bien normal : elle est parmi le légume que l’on consomme le plus ! Moyennant quelques petites attentions, la pomme de terre est une culture facile qui se révèlera généreuse. Et niveau gustatif, une fois que vous aurez gouté aux patates de votre potager, difficile de revenir à autre chose ! Alors, lancez-vous.

 

Semis ou plantation ?

Peu de gens le savent mais la pomme de terre forme également des graines logées dans ses fruits. Le semis de ces graines peut être envisagé pour cultiver les pommes de terre car c’est souvent plus économique de se procurer des graines que des tubercules. C’est aussi la seule manière de se procurer des variétés très rares. Toutefois, le semis demande beaucoup de manipulation (semis en godets, repiquage) et présente l’inconvénient de ne pas toujours être fidèle à la variété voulue. C’est pourquoi on opte généralement, et je vous le recommande, pour la plantation de tubercules.

 

La prégermination, une étape intéressante

Faire prégermer ses tubercules de pommes de terre n’est pas indispensable mais permet de gagner deux à trois semaines. Pour une culture qui dure, selon les variétés, de 90 à 150 jours environ autant dire que c’est intéressant ! Pour cela, il suffit de disposer les tubercules à faire germer sur des clayettes dans un endroit très ensoleillé et frais (mais hors-gel) sans les superposer. Ainsi, on obtient respectivement des germes pigmentés et trapus, beaucoup plus solides que les longs germes blancs obtenus à l’obscurité. Une petite astuce que j’utilise depuis longtemps et qui me permet de faire germer mes pommes de terre très « proprement », je dispose les tubercules dans des boites à œufs. C’est l’idéal !

Il faut compter de 4 à 6 semaines pour obtenir une germination satisfaisante, il faut donc prévoir de mettre ses tubercules à germer entre janvier et février.

Germination bleue d'artois (1)

Mise en prégermination de pommes de terre Bleue d’Artois dans une boite à oeufs

Quand planter les pommes de terre ?

La période idéale pour planter les pommes de terre s’étale de la mi-mars à la mi-mai, à adapter selon les régions. Un point de repère traditionnel est de se fier à la floraison du lilas.

  • Dans le sud de la France et sur la côte atlantique, on peut planter à partir de mi-mars.
  • Dans les autres régions, mieux vaut patienter jusqu’à début avril.

Bien entendu, comme pour beaucoup de légumes, il est possible d’avancer d’une quinzaine de jours ces dates en utilisant des mini-tunnels ou un voile.

 

Comment planter les pommes de terre ?

Il existe plusieurs façons de procéder pour cultiver les pommes de terre, chacune présentant leurs avantages et leurs inconvénients. En voici, trois pour une culture au potager.

 

Points communs à toutes les méthodes : distance et amendement

Les distances de plantation sont communes à toutes les méthodes : 30 à 40 cm entre deux plants pour des pommes de terre primeures, 40 à 50 cm pour des pommes de terre de conservation ; 50 à 60 cm entre deux rangs.

L’amendement apporté à la plantation est également identique, la pomme de terre apprécie la potasse pour bien se développer. Un paillis de consoude au moment de la plantation lui sera très bénéfique. On peut également ajouter un peu d’engrais bio à base d’algues au moment de la plantation.

Consoude orties

La consoude, bien utile pour la culture des pommes de terre

 

La culture traditionnelle avec buttages

Il s’agit de la plus simple à mettre en place mais nécessite un travail important. Avant la plantation, la terre devra être décompactée assez profondément (sur environ 30 cm) à la grelinette par exemple. Par la suite, on ouvre un sillon profond de 10-15 cm dans lequel on place les tubercules aux distances indiquées ci-dessus, germes vers le haut (attention à la casse !), puis on referme et on paille avec une belle épaisseur.

Durant la suite de la culture, il faudra régulièrement buter les plants en enlevant le paillis et ramenant de la terre sur les plants puis replacer le paillis afin d’éviter que les tubercules n’émergent et ne verdissent. (maj avec commentaire de Fabrice : il est possible de former une butte dès la plantation des tubercules, évitant ainsi d’avoir à y repasser par la suite).

Les avantages de cette méthode

  • Ne nécessite que peu de matériaux
  • Le verdissement des tubercules est très limité

Les inconvénients

  • Nécessite de nombreuses interventions, avec un chamboulement du sol à chaque fois
  • Il faut retirer le paillis puis le remettre à chaque buttage

 

La culture de pommes de terre sous paille

Cette année, j’essaie cette méthode, las que je suis de devoir buter sans arrêt mes plants avec la méthode traditionnelle =). On part sur de même bases puisqu’il faut décompacter la terre sur environ 30 cm avec la grelinette. En antécédent, j’ai semé un engrais vert de phacélie qui a tenu tout l’hiver, la terre était déjà très belle et grouillait de vers à l’abri sous ce couvert dense. Ensuite, j’ai affiné grossièrement la surface au croc et râteau puis j’ai tiré un cordeau, pas de sillon à ouvrir, j’ai simplement posé mes tubercules en les enfonçant à peine dans la terre.

Dans cette méthode, les buttages sont remplacés par un épais paillis. 10 cm pour commencer et je compléterai au fur et à mesure de la croissance (par couches de 10 cm quand le plant dépassera de 20cm).

On peut remplacer la paille pour un compost demi-mûr en suivant la même méthode.

Les avantages

  • On ne travaille quasiment pas le sol
  • Pas d’efforts physiques à fournir
  • Les pommes de terre sont récoltées en écartant le paillis sans arracher le plant entier qui continue donc à croitre
  • Permet d’augmenter les rendements (apparemment d’une fois et demie pour la culture sous paille et de deux fois pour la culture sous compost) => Test en 2014 (comparaison culture sous paille et culture traditionnelle avec buttage) : rendement identique pour les variétés Bleue d’Artois et Désirée, deux fois moins sous paille pour les variétés Bintje et Sarpo Mira. Il faudrait néanmoins reconduire ce test pour des conclusions plus sûres.

Les inconvénients

  • Il semblerait que cette méthode soit plus sensible aux mulots => Vérifié en 2014, beaucoup de tubercules grignotés et de plants sectionnés.
  • Nécessite de grande quantité de matériaux (paille ou compost)

 

La culture de pommes de terre sous bâche plastique

La culture sous bâche se rapproche de celle sous paille sauf que cette dernière est alors remplacée par… Je vous le donne en mille : une bâche ! Vous ne vous en doutiez pas, hein ? Les distances de plantation sont toujours les mêmes de même que les distances inter-rangs. Ainsi, après avoir décompacté la terre, il faut poser dessus une bâche noire perforée dans laquelle seront découpés les trous de plantation. Les tubercules sont alors plantés à 10 cm de profondeur environ.

Les avantages :

  • La terre est réchauffée plus rapidement
  • Augmente les rendements à hauteur de la méthode sous paille
  • Pas d’interventions après la plantation

Les inconvénients :

  • Esthétisme douteux
  • J’ai toujours du mal à me résigner à employer le plastique au potager

 

Que ceux qui n’ont qu’un balcon ou une terrasse pour cultiver ne s’inquiètent pas, il est possible de cultiver ses pommes de terre hors-sol. J’ai testé la culture de pommes de terre en sac et je vous invite à lire les articles qui en découlent pour ceux que ça intéresse. J’ai obtenu des résultats mitigés mais je pense qu’il serait très facile de peaufiner la méthode pour obtenir de meilleurs rendements.

DSCF3895

 

Et voilà, les pommes de terre sont plantées. Rendez-vous à la floraison pour les récoltes de primeures.

 

J’espère que cet article vous a été utile, un petit mot fait toujours plaisir !

38 commentaires

Passer au formulaire de commentaire

  1. MISS MM

    Bonsoir,
    Je ne fais plus de pommes de terre car mon potager est trop petit et cette culture prend quand même de la place. J’ai donc essayé durant 2 ans de les cultiver « hors-sol ». La première année dans une grande poubelle. J’ajoutais de la terre au fur et à mesure de la croissance des plants. La deuxième année dans une très grande jardinière. Résultats très mitigés dans les 2 cas :-( Par contre, très régulièrement j’ai des plants qui poussent spontanément au potager. Je les garde, je les bute et il y a des pommes de terre aux pieds ! Cette année encore il y a 3 plants (je ne comprends d’ailleurs pas toujours d’où ils viennent ?).
    Merci pour tes articles toujours très intéressants ! Par contre je pensais être abonnée, mais je ne reçois pas systématiquement des alertes quand tu postes un nouveau billet. Pas grave, je viens voir ici de temps en temps ! Bonne soirée.
    MISS MM Articles récents…Mes compagnes de pique-niqueMy Profile

    1. Romain
      Romain

      Bonsoir,

      C’est vrai que la culture de pommes de terre prend de la place, j’ai essayé de les serrer plus à un endroit pour voir si la production sera diminuée. Pour améliorer les rendements en hors sol, je pense que des points à travailler sont la légèreté du substrat (pour les pommes de terre grossissent bien) et l’amendement (le fait de remettre de la terre aussi souvent épuise le plant).

      Comme toi, j’ai toujours des plants dans le compost. Surement ces vieilles patates qui commencent à moisirent et que l’on jette :).

      Pour l’abonnement, j’ai enlevé l’envoi de mail car 1° cela dérangeait certains 2° vu le nombre de mail que cela faisait partir à chaque publication (vous êtes un peu plus de 2000 abonnés au blog) je me retrouvais souvent en indésirables.. La solution c’est de s’abonner aux flux RSS (tu peux utiliser feedly c’est super).

      Bonne soirée et à bientôt !
      Romain.

  2. Gilles - Un Jardin Bio

    Salut Romain,

    Merci pour cet article très complet. J’y ai particulièrement apprécie ta petite présentation des différentes approches possibles de la culture des pommes de terre.. et suis maintenant impatient de lire le compte rendu de ton expérience sur paillis !
    Je m’intéresse de prêt à cette technique…

    Bon dimanche,
    Gilles
    Gilles – Un Jardin Bio Articles récents…Essais BRF, mes observationsMy Profile

  3. kayakestunpalindrome.com

    Bonjour,
    Déjà merci pour ce partage d’expérience et ces petites astuces qui aident beaucoup! Sur les différentes méthodes que tu as testées, laquelle est la plus productive et renouvelable rapidement (temps de germination)? Merci!

    1. Romain
      Romain

      Bonjour,

      Difficile à dire car je n’ai jamais comparé rigoureusement les méthodes (même variété, même année, même condition, …). Sous la paille, j’ai fais un plant comme ça une année. La production n’avait pas été mauvaise. Sous bâche, je n’ai jamais fait en revanche.

      Cette année je serais en mesure de comparer exactement la méthode traditionnelle à la méthode sous paille avec 4 variétés cultivées exactement dans les mêmes conditions. Affaire à suivre. En revanche, je n’ai pas compris ce que tu entendais par « renouvelable rapidement »? Tu veux dire s’il y a une méthode qui te permet de jouer sur la précocité?

      A bientôt,
      Romain.

  4. laviron

    Bonjour, cette année j’essaie la technique sous carton : on ne travaille pas la terre, on met les PDT directement sous un grand carton, où on a préalablement incisé des ouvertures en croix au cuter. Puis j’ai recouvert de foin. Les PDT commencent à sortir. J’ai alors eu l’idée d’ajouter au fur et à mesure des épluchures, entre le carton et le foin, comme on fait en permaculture. Je pense que ça devrait accroître les rendements. A voir…

    1. Romain
      Romain

      Bonjour,

      Exact, je n’ai pas parlé de cette méthode mais elle se rapproche de la méthode sous bâche. En revanche, pour tes épluchures je les aurais plutôt mises sous le carton. Je ne suis pas sûr que les vers aient le temps d’attaquer le carton pour atteindre les épluchures avant la fin de la culture. Mais ça vaut le coup d’essayer ! Reviens nous dire ce qu’il en est dans quelques temps :)

      ++,
      Romain.

  5. Celinita

    Bonjour à tous,

    en ce qui me concerne, je n’arrive pas à me résoudre à arrêter la culture de PDT malgré la modestie de mon potager, car un membre de ma famille m’a donné il y a quelques années 4 spécimens de Vitelotte et en fonction de là où je les ai placées les années précédentes, comme pour Miss MM, il y a en a toujours 1 ou 2 qui ont échappé à ma vigilance (circonstance atténuante : violet foncé sur marron, pas toujours facile !) et qui poussent spontanément. Résultat des courses : j’en ai 3 rangs cette année !
    Je suis cette année encore en culture traditionnelle (buttage). Je suis impatiente de voir ce qu’auront donné vos différents essais ;-)
    Salutations potagères

  6. fab77
    Piet fabrice

    Bon reportage complet,j’ai fais cette année 200plants de pomme de terre,de la « chérie » et « charlotte »,la récolte a été copieuse,j’ai fais un rang sous paillis,environ 10 plants,j’y est mis du brf,tonte de gazon et fini avec de la paille,la récolte n’a pas été aussi mauvaise que ça,je dirais meme satisfaisante,pour les autres j’utilise la méthode »classique »sillon puis je recouvre mais par contre je butte tout de suite,je fais comme les agriculteurs dans les champs,ensuite je surveille mais je ne rebutte quasiment jamais cela me permet de planter plus tot la butte protégeant du froid et plus de travail de buttage ensuite car butter 200 plants c’est du boulot.

    1. Romain
      Romain

      Tu veux dire que tu recouvres les pommes de terre d’une butte sans qu’elles n’aient encore percées? Combien de cm environ? Pas de pommes de terre perdues qui ne parviennent pas à percer?

  7. fab77
    fab77

    Tout à fait,les agriculteurs font ainsi,ils buttent une fois et n’y reviennent plus,dès la plantation je butte tout de suite,je dirais une bonne trentaine de cms,sur les 200 plants seulement 2 n’ont pas levés et je n’ai jamais rebutter ensuite,juste désherber et cela me permet de vérifier au cas que des plants auraient besoin de terre.

  8. Jean GARABOUX

    Vous devriez quantifier approximativement les rendements de vos pommes de terre ramenés au plant. Mon expérience est de 850 g/pied Pompadour; 700 g/pied Rate. En culture traditionnelle par buttage. La taille des plants semble ne pas avoir d’importance.
    Il semble naturel que la culture sous paille favorise étonnamment la proliférations de souris et mulots qui apprécient certainement cet hôtel de luxe inattendu.
    Le buttage peut être amélioré par l’emploi de tous sacs vides en plastique, noirs ou transparents, fixés par une pelleté de terre pour garder chaleur et humidité du sol. Les plastiques sont posés à vue de nez en fonction des tailles disponibles.

    1. Romain
      Romain

      Bonjour Jean et merci pour ce témoignage.

      L’idée ici était vraiment de comparer les deux méthodes et non pas de chiffrer les rendements de différentes variétés. Que ce soit en buttage traditionnel ou en culture sous paille j’ai donc planté le même nombre de pommes de terre.

      J’envisage en effet l’année prochaine de chiffrer un peu plus précisément les rendements, mais il faut toujours faire très attention avec ces chiffres car cela varie énormément selon les conditions de la culture (sol, apports, climat, région, …). Il ne faut pas que des jardiniers se disent qu’ils ont raté leur culture car leurs pommes de terre ont moins donné que ce qui est annoncé sur le paquet !

      Merci encore et à bientôt,
      Romain.

  9. yvan

    Bonjour,je compte acheter des semences de pomme de terre pregermées en clayette(et ce très prochainement afin d’avoir le choix des variétés).D’ici la plantation,afin de n’avoir pas des germes trop longs,je pensais les mettre dans une pièce de température inférieure à 10°,sous un carton pour qu’elles soient à l’obscurité.
    Qu’en pensez vous?Merci beaucoup.

    1. Romain
      Romain

      Bonjour Yvan,

      Vous aurez un peu moins de choix de variétés en pommes de terre en optant pour les prégermées, mais les classiques seront disponibles. Pour les germes courts, vous avez raison pour la température inférieure à 10°C mais par contre, ne les mettez surtout pas à l’obscurité. C’est précisément ce qui pousse les germes à s’allonger. Il faut les mettre en pleine lumière ! J’ai écrit un article à ce sujet dernièrement : http://tousaupotager.fr/faire-germer-pommes-terre/

      Bonne culture !
      Romain.

  10. yvan

    Merci,j’avais déjà lu cet article et d’ailleurs dans celui ci vous mettez « Heureusement pour vous, c’est la partie la plus facile ! Respectez deux critères fondamentaux et le tour est joué :
    Un maximum de lumière
    Une température minimale mais hors gel ».
    Voulez vous dire par là que des que les germes auront la lumière,ils cesseront de croître?(car je vous rappelle que je pensais acheter des semences pregermees des maintenant,et non pas de les faire germer moi même),car mon but est de limiter la taille des germes vers 2 cm jusqu’à la meilleure période pour les planter-je suis du 63.
    merci encore.

    1. Romain
      Romain

      Ce n’est pas qu’ils cesseront de croître à la lumière mais ils grandiront bien moins vite. Prenez l’exemple des pommes de terre que l’on conserve à la cave pour la consommation. Elles ont rapidement de très longs germes blancs, car elles sont dans le noir or c’est l’opposé de ce que l’on souhaite pour la plantation.

      D’une façon générale, on achète des plants prégermés au dernier moment, car ils sont à planter tout de suite. Si vous souhaitez acheter maintenant, autant partir sur des non germés et les faire germer vous même, ils seront moins chers et vous aurez plus de choix de variétés.

  11. dransart Delphine

    Merci pour ces conseils et bonne culture :-)

  12. MChris

    Très intéressant ! Perso j’ai commencé la permaculture mais c’est la première année et pas une réussite !
    J’aurais consommé les plantons j’en aurais eu plus ! …
    J’espère faire mieux l’année prochaine avec tous les conseils trouvés.
    Une suggestion il serais bien de préciser la région de vos cultures, Les sols et la météo sont tellement différents.
    Je suis dans le sud est, cela fait plus de 3 mois qu’aucune pluie sérieuse n’est tombée, malgré des arrosages ça ne facilite pas pour les PDT ni le reste d’ailleurs.
    Je commence à peine à cueillir qq tomates mûres…

    1. Romain
      Romain

      Bonjour,

      La permaculture, c’est un peu comme la conversion en bio.. Les premières années, on n’obtient pas toujours d’excellents résultats il faut le temps que la nature retrouve l’équilibre que l’on a détruit précédemment. Il faut donc accepter de récolter moins (au moins au début) mais de bien meilleure qualité !

      Je l’évoque rapidement dans la page A propos du blog, mon jardin est situé en Bretagne. Je bénéficie d’une météo un peu plus humide que par chez vous même si cette année nous sommes nous aussi en gros déficit hydrique. Par contre en ce qui concerne mes articles, j’essaie de généraliser les dates pour toute la France, où de préciser à quelle région correspond telle date. Mais ce n’est toujours simple, je vous l’accorde.

      En tout cas ne désespérez pas, vous obtiendrez bientôt de belles récoltes :)

      A bientôt,
      Romain

  13. Bob

    Bonjour, cet été j’ai par erreur laissé deux pommes de terre germer dans mon placard. Je m’en suis rendu compte au moment de déménager, il y a un mois. Je ne voulais pas les jeter, alors je me suis dit pourquoi pas, je les ai mises en terre. Je découvre aujourd’hui que les deux sont sorties de terre et se portent très bien. Nous avons pour le moment des températures élevées pour la saison (entre 15 et 20°C), mais l’hiver va vraiment arriver bientôt. Cela va-t-il poser un problème, y a-t-il une chance qu’elles survivent?
    Merci

    1. Romain
      Romain

      Bonjour,

      Je ne pense pas qu’elles passent l’hiver. A la limite, si elles sont suffisamment avancées et qu’elles ont commencé à produire de petits tubercules ceux ci pourront peut être démarrer au printemps prochain. Mais avec les froids qui arrivent, vos plants ne devraient pas résister.

      Mais vous avez eu raison de tenter l’expérience, parfois cela réussi très bien !

      Bonne journée,
      Romain

  14. Celsi

    Merci, ces comparatifs sont clairs, concis. Avez vous tenté de planter en été pour une récolte en fin d automne, avant le gel éventuel ?

    1. Romain
      Romain

      Bonjour,

      Non je n’ai jamais tenté l’expérience, mais si quelqu’un l’a déjà fait je suis curieux de connaitre le résultat!

      Romain

  15. fab77
    fab77

    J’ai planté cette année des plants qui provenaient de patates de l’année dernière et au mois de juillet,j’ai récolté au moins d’octobre et la production a été très bonne,je compte bien recommencer la saison prochaine.

  16. Jean pierre

    Bonjour, cette Annee, je tente la culture direct dans le compost, j’ais mis 10cm de compost j’ais pose les pdt et recouvert de 10 cm de compost avec un voile d’hivernage posé dessus. On verra bien

  17. Marie

    Bonjour, J’ai jeté en décembre des pommes de terre germées au compost. Je reviens en mars. Elles ont poussé (elles sont en feuilles).Mon mari les a plantées. Donneront-elles des pommes de terre. .. Je suis vers Avignon. Merci de vos réponses.

    1. Romain
      Romain

      Bonsoir,

      Oui il est tout à fait possible d’obtenir une récolte. Elle ne sera peut être pas aussi belle que si vous aviez planté des tubercules mais elle sera gratuite :)

      A bientôt,
      Romain

  18. Sébastien BRISBARD

    2016, premier assai de pdt sous paillis
    Méthode :
    -Dans le verger, je consacre une partie pour les pdt, un passage de tondeuse assez bas je récupère la tonte
    -Je pose directement les pdt sur l’herbe (si si), une bonne poignée de compost sur chaque bulbe et la tonte pour compléter le recouvrement
    -à chaque tonte je butte les tiges avec l’herbe que je récupère, c’est le seul travail à fournir

    Le rendement est excellent le travail minimum

    Cette année je pose la moitié des bulbe sur une feuille de consoude pour comparer avec la méthode de l’année dernière

    La récolte se fait en écartant simplement les couche de tonte qui ont composé, les pdt sont propres.

    Après la récolte, le surplus de tonte composé ira sur le jardin comme amendement

    Travail minimum sans outil récolte avez exceptionnelle

    Bon courage

    1. Flolan

      bonjour Sébastien, avez-vous remarqué une pression accrue des mulots/campagnols en amenant toutes ces tontes d’herbes sur vos plants de pomme de terre ? merci, Flo

  19. Jean pierre

    J’ais plante une dizaine de mdr dans du compost début mars, les plants sont en feuilles d’environ 10 cm, est ce que je les laissse pousser comme ca dans le composte ou je les replante en terre?
    Merci

    1. Romain
      Romain

      Bonjour,

      La pomme de terre ne se transplante pas, mieux vaut les laisser en place !

      Bonne continuation,
      Romain

  20. Jean pierre

    Ok merci pour l’info, je vas continuer à mettre du compost aux pieds des pdt pour butter les pieds.

  21. Jardinerfuté

    Personnellement je suis un inconditionnel de la méthode de culture sous paille ! Évidemment je la cultive aussi dans la terre directement. Notamment sur ma butte que j’ai fait l’année dernière (en fait, j’ai surtout oublié des patates dedans qui redémarrent d’elles même !).

    C’est tellement plus simple. Après faut faire attention si on a des rongeurs évidemment :)

  22. Aldebleau

    Bonjour à tous !
    Jardinier débutant (3ans de recul seulement..), j’ai donc fureté, écouté..et voulu tester différentes techniques.
    Pour les pommes de terre :
    – première année : sol trop compact et pauvre. Belle croissance des plants, mais rendement quasi-nul, et maladies pour parfaire le tableau..
    – deuxième année : sol ameubli au motoculteur, allégé par apport de sable, amendé d’un peu de compost.
    Belle croissance et floraison remarquable (?) des plants, rendement très faible.. (Plantation tardive..)
    – troisième année (2017) : test sur trois parcelles, une en pleine terre, une en « simili-perma », une sous paillis..
    Résultat des courses :
    – première à maturité (mi Août), parce que première plantée, la « simili-perma » est très décevante. Tubercules peu nombreux, et majoritairement de taille « grenaille ».. Sans doute pas assez marqué la méthode « perma ». A tester plus radicalement l’an prochain !
    – seconde (fin Août), la « tradi » : terre glaiseuse, et en mi-ombre.. (A quatre mètres du carré « simili-perma »..)
    Tubercules de taille honnête (8cm), à raison de 3-4 par pied.. Pas encore la panacée, mais il y a du mieux..
    – troisième, (à venir, les feuilles pètent encore de santé..!) : sous paillis.
    Pose fin Mai (au lieu de les jeter..) de vieux plants germé, à même une pelouse. Recouverts de 4cm de compost « de déchetterie » (sans doute pas très bio…!), et d’un voile de paille…
    => Les tubercules visibles en écartant le paillis pètent de santé !
    J’ai hâte de faire le bilan d’ici deux-trois semaines…

    => NB : nulle doute que la nature des variétés plantées influe fortement sur la récolte future..
    Néanmoins, il apparaît d’ores et déjà assez évident que la culture sous paillis est des plus profitables..

    A suivre !

    1. Romain
      Romain

      Bonjour à toi et un grand merci pour ce partage d’expérience très documenté et très intéressant !

      Pourrais tu détailler un peu ce que tu as fait dans ta « simili-perma » stp? :)

      Merci !
      Romain

  23. lily

    Bonjour, je partage une expérience réalisée par hasard : j’ai jeté des déchets de cuisine dehors sur le tas de fumier de la chèvre déjà transformé en compost, puis les orties ont poussé par dessus et au printemps il y avait des patates !

    1. Romain
      Romain

      Bonjour,

      Tout à fait, si dans les épluchures de pommes de terre les germes ne sont pas abimés, on peut alors voir des plants émerger au printemps suivant ! Pommes de terre gratuites :)

      Romain

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*

CommentLuv badge